Rue de la Dixence 10 - 1950 Sion - Valais
+41 27 327 21 00
+41 27 327 21 99

Ils parlent de nous…

Dans nos quotidiens et magazines
Sur nos ondes

« Néophiles » de Loïs Siggen Lopez

Emission du 2 novembre 2015

« La Pouponnière »

A Sion, une vieille bâtisse en plein centre-ville à d’abord servi d’hospice, puis de pouponnière et finalement l’un des nombreux incubateurs à startup du Valais. Ces cinq dernières années, les structures publiques et privées se sont développées pour créer un « écosystème valaisan de l’innovation ».

« Néophiles » de Loïs Siggen Lopez

Emission du 3 novembre 2015

« Convaincre ou mourir » – Ermanos

Toute la semaine, Néophiles est à l’Espace Création à Sion. Ce dernier abrite des entrepreneurs et des porteurs d’idées. Et pour entrer dans cet espace, il « suffit » de convaincre. Florence Maurer est l’une des dernières à être entrée dans l’incubateur, elle sait ce que c’est.

« Néophiles » de Loïs Siggen Lopez

Emission du 4 novembre 2015

« Le prétexte » – Bolay.co

A l’Institut de Recherche en Ophtalmologie de Sion, Sylvain Bolay gérait, entre autres, les infrastructures informatiques. Ces dernières ne servent pas qu’à envoyer des e-mails, mais aussi, dans un institut de recherche, à surveiller, par exemple, des salles réfrigérées. La chaîne du froid est importante, mais voilà qu’un jour, le système de l’institut vacille et ne fonctionne pas comme il faut…

« Néophiles » de Loïs Siggen Lopez

Emission du 5 novembre 2015

« Savants fous… d’optique » – Y-Ybar

Le domaine de Martial Geiser, c’est la lumière, ses propriétés, son rayonnement, la vision, en un mot: l’optique. Il en a fait son métier et sa passion. En plus de ses recherches à la HES-SO, il a fondé une startup, Y-Ybar, hébergée par l’Espace création. Il cherche à commercialiser cet instrument qui permet de mesurer le débit sanguin dans l’oeil…

« Néophiles » de Loïs Siggen Lopez

Emission du 6 novembre 2015

« Comptabilité mon amour » – EZYcount

Quoi de plus réjouissant que de plonger dans les tableaux comptables? Si la comptabilité intéresse nous ce vendredi matin, c’est grâce – ou à cause – du père de Barbara Fuhrer. Il est chef de sa petite entreprise, de moins de 20 employés, comme un demi-million de personne en Suisse.

Sur nos écrans